La Baïdarka


 


LES ILES ALEOUTIENNES

Les îles aléoutiennes forment un long archipel d'îles volcaniques, qui s'étend en demi-cercle depuis l'Alaska jusqu'au nord-est de l'Asie.

Le climat des Aléoutiennes est très rude et bien que la mer ne gèle pas dans cette région, il n'y a pas d'arbres sur ces îles, à l'exception de bouleaux nains et de saules rachitiques.

 

LES ALEOUTES

Jusqu'au début du 20ème siècle, la population des Aléoutiennes avait conservé un mode de vie traditionnel. Les Aléoutes vivaient surtout de la pêche et de la chasse aux mammifères marins : otaries, baleines, et loutres.

L'aléoute chasse en kayak (la Baïdarka), outil indispensable. La chasse s'accompagne de rites ancestraux, puisant leurs sources dans la mythologie aléoute.

Le chasseur utilise plusieurs types de harpons, garnis de flotteurs. Pour la chasse à la loutre par exemple, il emploie le harpon traditionnel lancé au moyen d'un propulseur en bois, ou alors un harpon qui glisse sur l'eau une fois lancé.

En kayak, l'Aléoute est vêtu d'une longue parka imperméable, faite de boyaux cousus très serrés vers l'intérieur, parfois ornée de petites plumes : la kamleika.

La partie la plus curieuse du vêtement est la coiffure. C'est une sorte de chapeau en forme de cône asymétrique, avec une grande visière qui protège les yeux.

Elle est fabriquée dans une fine plaque de bois polie, formée à la vapeur, puis ornée de moustaches de phoques, d'incrustations d'ivoire et de diverses ornementations.

L'Aléoute navigue toute l'année dans une région battue par des vents violents, dans une mer souvent difficile, et des courants très forts. Il se déplace d'île en île parfois distantes de plusieurs dizaines de milles. Son kayak est adapté à ces conditions de navigation.

LA BAIDARKA

La Baïdarka est le nom donné par les marins russes au kayak des Aléoutes. C'est un bateau solide, construit en bois flotté et recouvert de peau d'otarie. Quatre ou cinq peaux d'otarie suffisent à recouvrir la carcasse du kayak.

La Baïdarka n'a cessé d'évoluer au fil des décennies, comme le montrent les recherches de David W.ZIMMERLY dans son livre "QAJAQ". Par contre, ce kayak a toujours été construit avec une étrave double ( de formes diverses selon les époques) et un étambot. Ce sont ces deux particularités de la charpente de la Baïdarka qui lui donnent toute son originalité.

Le siège de la Baïdarka est placé très en arrière, le pont est rigide et construit en bois épais.

L'Aléoute apporte un soin particulier à son kayak. Pour lui, il est le compagnon de tous les jours, et il le considère comme un être vivant. De ce fait, il sculpte sur la charpente de son bateau une ligne peu profonde qui fait le tour du kayak, ligne symbolisant "l'âme" du kayak. Les membrures sont peintes en rouge pour figurer ses vaisseaux sanguins. La Baïdarka est souvent décorée d'amulettes et de divers motifs colorés, ou d'une figurine de bois représentant sans doute la peau d'une loutre.

La Baïdarka Plasmor , conçue par Christian SCALBERT, s'inspire d'un modèle découvert en 1934 sur l'île Atka (située au milieu de l'Archipel des Aléoutiennes).

 

 


[Accueil] [Agenda] [ Le Kayak ] [Environnement ] [ Randos ] [Stages] [Expés] Manifestations]
[Timmiaq] [Le Journal] [Lectures] [ Liens ]

Infos, suggestions ecrire à bkm_mancheouest@yahoo.fr


Dernière mise à jour 27/11/01
Réalisation BKM & Co

Création G. CONGARD